Envie de participer ?

Après trois journées de championnat en U18 masculins nationaux, coup de projecteur sur les trois représentants de la Haute-Garonne. Avec deux succès et un nul, L'Union, l'Entente TUC-Balma et le Fénix jouent les 1ers rôles dans leur poule respective. Samedi, le derby entre le Fénix et l'ETB a répondu à toutes les attentes. Il a surtout mis en vedette deux gardiens du pôle espoirs du lycée Raymond Naves.

Les moins de 18 nationaux sont invaincus !



Ce samedi dans la poule 2, le derby entre le Fénix Toulouse et l'Entente TUC-Balma a tenu toutes ses promesses. Dans un gymnase des Argoulets où il était difficile de trouver une place assise, les deux formations n'ont pu se départager. Les Toulousains de Rudi Prisacaru profitant des nombreuses pertes de balles des joueurs de Paul Levy en 1ère période et maîtres du tableau d'affichage pendant 55 minutes ont été rejoints dans le money-time, encaissant en 3-0 en moins d'une minute trente. Score final: 27-27. le Fénix et l'Entente TUC-Balma sont leaders de la poule avec deux succès et donc un nul. Meilleurs buteurs côté toulousain, Peter Sudrie (7 réalisations) et Ialy Ralambofiringa (6) (notre photo), ce dernier confortant sa 1ère place des meilleurs buteurs avec 24 réalisations. Côté ETB, Arthur Dubois s'est distingué avec 6 buts. Mais cette opposition a été avant tout un mano a mano entre gardiens. Avec 13 arrêts à des moments-clé, Clovis Morison (ETB) a pris le meilleur sur son vis-à-vis, Thibault Le Bourhis (8 parades). Les deux amis qui se côtoient au quotidien au sein du Pôle Espoirs du Lycée Raymond Naves n'avaient pas hésité à commencer le duel dans la semaine (voir plus bas)



Dans la poule 1, réception dominicale réussie pour l'AS L'Union qui accueillait Pau-Nousty. Les joueurs locaux ont compté jusqu'à 14 longueurs d'avance (à la 43ème) avant de lâcher quelques ballons (comme ils l'avaient d'ailleurs fait en fin de 1ère mi-temps) et de buter sur le gardien adverse, permettant aux Béarnais de quitter la Haute-Garonne sur une addition un peu moins salée (44-37). Les spectateurs ont assisté à une avalanche de buts avec côté unionnais, deux éléments qui se sont particulièrement illustrés. Le demi-centre Nolan Joannel (notre photo) qui a signé un 13/15 d'excellente facture (il entre dans le top 3 des meilleurs canonniers de la poule) et le gaucher Lilian Herlemont, auteur de 10 réalisations.

Potes et Rivaux à la fois

Sous les yeux de Daniela Petkovic et de Frédéric Perez qui avec Vincent Griveau sont en charge du pôle espoirs du lycée Raymond Naves, ces deux-là attendaient ce moment depuis plusieurs jours. Ils sont potes au quotidien et partagent presque le même rond de serviette toute la semaine mais lorsque Clovis Morison (photo ci-dessus) et Thibault Le Bourhis (photo ci-dessous) enfilent leur maillot respectif, ils deviennent rivaux et à distance ne se font aucun cadeau. L'un sous les couleurs de l'ETB, l'autre sous celles du Fénix. Et pendant la semaine précédant le match, rien ne leur a été épargné. « C'est sûr, ça a beaucoup chambré, reconnait Clovis. On me prédisait des scores pas très flatteurs pour mon équipe, que j'allais prendre 40 buts et que Toulouse allait nous rouler dessus. Le scénario a été différent." Car c'est une équipe de Balma très accrocheuse qui après avoir été dominée, a obtenu le partage des points. « On ne s'attendait pas à un tel résultat car nous avons moins de moyens qu'eux mais ce lundi, au lycée, je vais pouvoir garder la tête haute lorsque je vais retrouver ceux du Fénix. » Et c'est vrai que le joueur arrivé à l'ETB la saison dernière en provenance de Pamiers (Ariège) a non seulement mis en échec les attaquants toulousains (13 parades) mais également fait le show et enflammé le public du gymnase des Argoulets. « J'aime faire partager ce que je ressens. Après un arrêt déterminant, c'est fréquent de me voir sauter partout et de manifester ma joie. Surtout quand les supporters poussent derrière. » Et quand on lui demande où il puise l'inspiration et qui il observe en particulier sur son poste, l'intéressé répond sans hésiter… « Gonzalo Perez de Vargas. Il joue juste et sa technique est excellente. » Le gardien du Barça passé également par Toulouse comme référence, le choix est plutôt judicieux.



Dans le camp d'en-face, l'air un tantinet goguenard, Thibault Le Bourhis applaudit la performance de Balma dans son ensemble et de son pote de lycée en particulier. "On a peut-être trop fait les beaux durant la semaine, pensant qu'on était plus forts. Le nul nous ramène à notre niveau. Avec Clovis, on s'entend super bien. C'est normal qu'il flambe aujourd'hui car ses deux 1ères prestations n'avaient pas été fameuses (rires). » Le portier du Fénix ne ménage pas son homologue. Ils se sont rencontrés à Raymond Naves et ne se sont plus quittés. « Il n'y a vraiment pas de challenge entre nous. Je suis fier de lui, c'est tout. Il est entré au Pôle deux ans après moi et je l'ai aidé autant que j’ai pu. On va voir si après ce qu'il vient de montrer, il est capable de rester à ce niveau (sourires)." Pas moins de huit joueurs (5 au Fénix, 3 à l'ETB) comptent parmi les 19 éléments du Pôle installé dans le quartier de Croix Daurade. Onze (7 au Fénix, 4 à l'ETB) font partie de la section sportive. Tous vivent la même passion. « J’ai débuté le hand à l’âge de cinq ans à Neuilly sur Marne en banlieue parisienne. Entre temps, j’ai fait les sélections dans le 93 mais on a déménagé dans le Lot. Le Pôle m’a repéré et m’a tout apporté. Les bases du hand, l’exigence et surtout une certaine autonomie. Faire deux heures de train pour rentrer à la maison le vendredi et repartir le dimanche soir, quand on est en 4ème, c’est un peu l’aventure. » Le parcours de Clovis Morison est quasiment similaire même si les débuts au hand sont un peu plus tardifs. « J’ai tout de suite été attiré par le poste de gardien, confie le joueur de l’ETB. J’y suis venu naturellement et comme j’étais un peu foufou, ça me convenait. Dernier rempart – 1er attaquant, c’est un concept que j’apprécie. » Avec l’aide de l’encadrement du Pôle (Daniela Petkovic, Vincent Griveau, Fred Perez) mais également de celui en club (Rudi Prisacaru pour Thibault et Paul Levy pour Clovis), les deux jeunes talents ont pour ambition d’intégrer un centre de formation afin que le rêve devienne réalité. Et qui sait, dans quelques années, sur les feuilles de match de LNH, verra-t-on apparaître les noms de Le Bourhis et Morison ?



Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.